La vaccination contre la grippe A débute en milieu scolaire

Le 25 novembre a débuté la campagne de vaccination contre la grippe H1N1 en milieu scolaire.

5,3 millions d’élèves sont concernés dans le secondaire (collèges et lycées). Cette campagne est prévue jusqu’au 18 décembre prochain minimum.
Les parents doivent au préalable donner leur autorisation pour que leur enfant soit vacciné. Ils doivent également remplir un questionnaire donnant des précisions concernant l’état de santé de leur enfant et mentionner si des incompatibilités pourraient se produire avec le vaccin.

Lire la suite : La vaccination contre la grippe A débute en milieu scolaire…

Grippe A : la campagne de vaccination débute !

C’était il y a quelques jours que commençait officiellement la campagne de vaccination contre la grippe A.

Comme il était prévu, elle débute par le personnel hospitalier. Suivront ensuite, par ordre de priorité, les femmes enceintes, l’entourage des nourrissons de moins de six mois et les nourrissons de six à 23 mois avec des facteurs de risque. Quant aux autres citoyens, ils pourront commencer à se faire vacciner après les vacances de la Toussaint soit, début novembre. Bien sûr, le vaccin contre la grippe H1N1 n’est pas obligatoire, mais il est fortement recommandé. 3 000 établissements accueilleront la campagne de vaccination. Alors qu’une seule dose du vaccin est suffisante pour immuniser une personne, par mesure de précaution, 1,5 million de doses du vaccin produit par GlaxoSmithKline seront néanmoins administrées en deux injections, dans un premier temps. La France a commandé 94 millions de doses du vaccin contre la grippe A auprès des groupes Sanofi, Novartis, GlaxoSmithKline et Baxter. Pour que le vaccin agisse et protège l’organisme, il faut environ trois semaines.

Lire la suite : Grippe A : la campagne de vaccination débute !…

Grippe H1N1 : la prudence est de mise

Le virus H1N1 continue à inspirer de l’inquiétude parce qu’il n’agit pas exactement comme la grippe saisonnière et parce qu’il n’affecte pas les mêmes groupes que la grippe saisonnière

explique Gregory Hartl, porte-parole de l’Organisation mondiale de la santé.

Dans la majeure partie des cas, les personnes qui ont attrapé la grippe A ne présentent pas de symptômes graves. Mais contrairement à la grippe saisonnière, qui peut se révéler dangereuse pour les personnes âgées, la grippe H1N1 peut-être plus agressive pour des personnes à la santé fragile et chez de jeunes adultes en bonne forme. On estime actuellement le nombre de décès causés par la grippe A à 4 735 dans l’hémisphère Nord. La France, quant à elle, a enregistré 33 décès depuis le début de la pandémie. Récemment, une jeune femme contaminée par la grippe A, est décédée à Marseille. La victime est morte des “suites d’une longue maladie après un séjour de 48 heures à l’hôpital”. Un bébé de onze mois, touché également par le virus H1N1 est également décédé, à Paris. L’enfant avait une pathologie cardiaque sévère et la grippe H1N1 a aggravé sa situation.

Lire la suite : Grippe H1N1 : la prudence est de mise…

Le vaccin contre la grippe A encore plus efficace que prévu

Précédemment, nous avions évoqué une étude réalisée par un laboratoire mexicain selon laquelle le vaccin contre la grippe saisonnière aurait une certaine efficacité contre le virus de la grippe H1N1.

Les scientifiques auraient en effet remarqué qu’il était bien moins probable d’attraper la grippe A lorsque l’on était déjà vacciné contre la grippe saisonnière. Les autorités sanitaires françaises ont cependant émis des doutes quant aux résultats de cette étude, déclarant que “Ces données n’ont pas de fondements scientifiques”. Précédemment, une étude canadienne avait, elle, conclu que les personnes vaccinées contre la grippe saisonnière étaient davantage sujettes au virus H1N1… Difficile de s’y retrouver. Une chose est sûre, la campagne de vaccination contre la grippe saisonnière a récemment débuté. Celle contre la grippe A commencera bientôt. Néanmoins, il est conseillé lorsque le vaccin contre la grippe H1N1 sera disponible, de ne pas faire les deux en même temps. Le vaccin saisonnier devra être fait en premier, puis environ trois semaines après, le vaccin pandémique suivra. Ce dernier sera d’ailleurs efficace au bout d’une seule dose car son efficacité dépasse les attentes, le virus n’ayant pas muté depuis son apparition au Mexique, en avril dernier.

Lire la suite : Le vaccin contre la grippe A encore plus efficace que prévu…

Vaccin contre la grippe A : l’hémisphère Nord, premier servi

La grippe se développe plus rapidement durant l’hiver.

Nous essayons de faire en sorte que les premières livraisons débutent en novembre. L’idée est de commencer par les pays de l’hémisphère Nord

explique le Dr Marie-Paule Kieny, directrice de l’initiative pour la recherche sur les vaccins à l’OMS.

L’Organisation mondiale de la santé a prévu d’envoyer dès le mois de novembre de nombreux vaccins contre la grippe A aux pays les plus pauvres. Le virus a, pour le moment, causé la mort de 4 500 personnes dans le monde. Le Dr Kieny a également confirmé qu’une seule dose serait finalement nécessaire pour que l’organisme soit immunisé conte la grippe H1N1.

Lire la suite : Vaccin contre la grippe A : l’hémisphère Nord, premier servi…

La grosse vague épidémique de grippe A est prévue pour cet hiver

Entre aperçue en France, durant l’été, une petite vague épidémique de grippe A avait quelque peu semé le trouble.

Cependant, la véritable menace devrait arriver cet hiver, principalement dans les grandes agglomérations. Si le virus de la grippe H1N1 n’a pas encore véritablement frappé, c’est en partie dû à la douceur du climat qui a aidé à contenir la pandémie. Le vaccin contre la grippe A arriverait donc à point nommé. La campagne de vaccination devrait débuter à la fin du mois d’octobre, voire au début du mois de novembre, lorsque les vaccins auront été livrés. D’après les statistiques, environ trois fois plus de personnes devraient être atteintes par la grippe épidémique que par la grippe saisonnière, ce qui, à taux de mortalité comparable, pourrait entraîner “trois fois plus de décès”. Chaque année, entre 1 500 et 5 000 personnes décèdent des suites de la grippe saisonnière. A la date du 6 octobre, 31 malades porteurs du virus H1N1 sont décédés en France, depuis le début de la pandémie grippale.

Lire la suite : La grosse vague épidémique de grippe A est prévue pour cet hiver…

Le vaccin contre la grippe saisonnière réduirait-il les risques de grippe A ?

Alors qu’on se rapproche à grands pas de la mise sur le marché du vaccin contre la grippe A, les débats autour de celui-ci font rage.

Son efficacité, ses effets secondaires… Beaucoup semblent réticents à l’idée de se faire vacciner. En attendant, outre le gel hydroalcoolique, il existe peut-être un moyen de réduire les risques de contracter le virus de la grippe H1N1. Ce moyen, le vaccin contre la grippe saisonnière. Lors d’une étude porté sur 80 personnes atteintes de la grippe A, et 180 ayant d’autres maladies, des scientifiques ont remarqué qu’il était bien moins probable d’attraper la grippe A lorsque l’on était déjà vacciné contre la grippe saisonnière. Il est cependant important de relativiser les résultats observés qui n’indiquent en aucun cas que le vaccin contre la grippe saisonnière doive remplacer le vaccin contre la grippe pandémique H1N1.

Lire la suite : Le vaccin contre la grippe saisonnière réduirait-il les risques de grippe A ?…

Trois vaccins contre la grippe A sont désormais approuvés

L’Organisation mondiale de la santé a récemment annoncé que la grippe H1N1 avait causé la mort de 4 100 personnes dans 191 pays, depuis le mois de mars.

On estime à 340 000 cas de grippe A dans le monde, et ce sont les Etats-Unis qui sont les plus touchés par le virus. Du côté du “Vieux Continent”, l’Agence européenne du médicament (EMEA) a approuvé trois vaccins anti-grippe A, dont les vaccins avec adjuvant Pandemrix et Focetria, respectivement des laboratoires GlaxoSmithKline et Novartis, et Celvapan des laboratoires Baxter. Ce dernier, sans adjuvant, a finalement eu le feu vert de l’ EMEA. La campagne devrait donc plus que jamais débuter à la fin du mois d’octobre et se fera selon un ordre de priorité, en commençant par les professionnels de santé et les personnes les plus fragiles. Les vaccins seront ensuite disponibles pour tous. De nombreux médecins ont exprimé leurs réticences quant à la vaccination, mais Roselyne Bachelot a estimé qu’elle était “la meilleure protection” et que les professionnels de santé avaient une “responsabilité morale” face à la pandémie.

Lire la suite : Trois vaccins contre la grippe A sont désormais approuvés…

Stabilisation des consultations pour la grippe A

Début septembre, le nombre de cas pour la grippe A et la grippe saisonnière avait explosé.

On était passé de 52 000 à 103 000 puis 165 000. Si ces chiffres restent bien au-dessus du seuil épidémique en cette période de l’année, ils tendent néanmoins à se stabiliser. Lors de la semaine du 21 au 27 septembre, 147 000 nouveaux cas ont été enregistrés. Difficile cependant de savoir si les consultations sont avant tout pour la grippe saisonnière ou la grippe H1N1. D’après l’Institut de veille sanitaire, cette dernière serait majoritaire. Mais comme nous l’avions précisé précédemment, nombre des patients à consulter ne sont en pas touchés par le virus, le phénomène étant avant tout provoqué par la très forte médiatisation de la grippe A. Autre information, toujours lors de la semaine du 21 au 27 septembre, l’âge médian des personnes souffrant de la grippe était de 23 ans.

Lire la suite : Stabilisation des consultations pour la grippe A…

Rester prudent face à la grippe A

Si le virus a causé la mort de 29 personnes, en France, depuis son apparition, la grippe A reste pourtant bénigne sur le plan médical.

Ne me dites pas qu’on en a trop fait parce que c’est peut-être parce qu’on en aura trop fait qu’on aura évité une catastrophe
Marc Danzon, directeur de la section européenne de l’Organisation mondiale de la santé depuis dix ans, et médecin de formation, suit avec attention l’évolution de la grippe H1N1 dans l’hémisphère nord.

Cependant, le risque de mutation vers un virus plus agressif semble toujours possible. D’où l’importance de redoubler d’attention alors qu’une seconde vague de grippe H1N1 pourrait bientôt apparaître.

On sait que c’est un virus qui se dissémine rapidement, qui ne touche pas les mêmes populations que celles de la grippe saisonnière, et qui aujourd’hui n’est pas méchant, explique Marc Danzon.

Les pays se préparent au mieux en commandant des vaccins, pour une campagne de vaccination qui devrait débuter fin octobre. Néanmoins, les manières diffèrent. Au Danemark, par exemple, seules les populations à risque devraient être vaccinées tandis qu’en France, le vaccin contre la grippe A sera disponible pour tous.

Lire la suite : Rester prudent face à la grippe A…

agence web Fbtech
Vente en ligne de produits en hygiènes médicale hygienes.com