Grippe A : la campagne de vaccination débute !

C’était il y a quelques jours que commençait officiellement la campagne de vaccination contre la grippe A.

Comme il était prévu, elle débute par le personnel hospitalier. Suivront ensuite, par ordre de priorité, les femmes enceintes, l’entourage des nourrissons de moins de six mois et les nourrissons de six à 23 mois avec des facteurs de risque. Quant aux autres citoyens, ils pourront commencer à se faire vacciner après les vacances de la Toussaint soit, début novembre. Bien sûr, le vaccin contre la grippe H1N1 n’est pas obligatoire, mais il est fortement recommandé. 3 000 établissements accueilleront la campagne de vaccination. Alors qu’une seule dose du vaccin est suffisante pour immuniser une personne, par mesure de précaution, 1,5 million de doses du vaccin produit par GlaxoSmithKline seront néanmoins administrées en deux injections, dans un premier temps. La France a commandé 94 millions de doses du vaccin contre la grippe A auprès des groupes Sanofi, Novartis, GlaxoSmithKline et Baxter. Pour que le vaccin agisse et protège l’organisme, il faut environ trois semaines.

Lire la suite : Grippe A : la campagne de vaccination débute !…

La grosse vague épidémique de grippe A est prévue pour cet hiver

Entre aperçue en France, durant l’été, une petite vague épidémique de grippe A avait quelque peu semé le trouble.

Cependant, la véritable menace devrait arriver cet hiver, principalement dans les grandes agglomérations. Si le virus de la grippe H1N1 n’a pas encore véritablement frappé, c’est en partie dû à la douceur du climat qui a aidé à contenir la pandémie. Le vaccin contre la grippe A arriverait donc à point nommé. La campagne de vaccination devrait débuter à la fin du mois d’octobre, voire au début du mois de novembre, lorsque les vaccins auront été livrés. D’après les statistiques, environ trois fois plus de personnes devraient être atteintes par la grippe épidémique que par la grippe saisonnière, ce qui, à taux de mortalité comparable, pourrait entraîner “trois fois plus de décès”. Chaque année, entre 1 500 et 5 000 personnes décèdent des suites de la grippe saisonnière. A la date du 6 octobre, 31 malades porteurs du virus H1N1 sont décédés en France, depuis le début de la pandémie grippale.

Lire la suite : La grosse vague épidémique de grippe A est prévue pour cet hiver…

Stabilisation des consultations pour la grippe A

Début septembre, le nombre de cas pour la grippe A et la grippe saisonnière avait explosé.

On était passé de 52 000 à 103 000 puis 165 000. Si ces chiffres restent bien au-dessus du seuil épidémique en cette période de l’année, ils tendent néanmoins à se stabiliser. Lors de la semaine du 21 au 27 septembre, 147 000 nouveaux cas ont été enregistrés. Difficile cependant de savoir si les consultations sont avant tout pour la grippe saisonnière ou la grippe H1N1. D’après l’Institut de veille sanitaire, cette dernière serait majoritaire. Mais comme nous l’avions précisé précédemment, nombre des patients à consulter ne sont en pas touchés par le virus, le phénomène étant avant tout provoqué par la très forte médiatisation de la grippe A. Autre information, toujours lors de la semaine du 21 au 27 septembre, l’âge médian des personnes souffrant de la grippe était de 23 ans.

Lire la suite : Stabilisation des consultations pour la grippe A…

Rester prudent face à la grippe A

Si le virus a causé la mort de 29 personnes, en France, depuis son apparition, la grippe A reste pourtant bénigne sur le plan médical.

Ne me dites pas qu’on en a trop fait parce que c’est peut-être parce qu’on en aura trop fait qu’on aura évité une catastrophe
Marc Danzon, directeur de la section européenne de l’Organisation mondiale de la santé depuis dix ans, et médecin de formation, suit avec attention l’évolution de la grippe H1N1 dans l’hémisphère nord.

Cependant, le risque de mutation vers un virus plus agressif semble toujours possible. D’où l’importance de redoubler d’attention alors qu’une seconde vague de grippe H1N1 pourrait bientôt apparaître.

On sait que c’est un virus qui se dissémine rapidement, qui ne touche pas les mêmes populations que celles de la grippe saisonnière, et qui aujourd’hui n’est pas méchant, explique Marc Danzon.

Les pays se préparent au mieux en commandant des vaccins, pour une campagne de vaccination qui devrait débuter fin octobre. Néanmoins, les manières diffèrent. Au Danemark, par exemple, seules les populations à risque devraient être vaccinées tandis qu’en France, le vaccin contre la grippe A sera disponible pour tous.

Lire la suite : Rester prudent face à la grippe A…

Vaccin contre la grippe A : une seule dose suffit

Le vaccin contre la grippe A fait parler. On évoque les effets secondaires.

On estime que deux doses sont nécessaires pour être immunisé. Cependant, l’Organisation Mondiale de la Santé a récemment apporté quelques precisions pour tenter de corriger les fausses idées. D’après elle, une seule dose devrait suffire pour immuniser les adultes en bonne santé, ainsi que les enfants d’un certain âge. Quant aux vaccins pandémiques, ils sont aussi sûrs que ceux développés contre la grippe saisonnière. L’OMS conseille quand meme aux différents pays de se montrer vigilants par rapport à l’innocuité du vaccin, et de communiquer les éventuels problèmes afin de faire évoluer les politiques de vaccination si besoin était. D’après l’OMS, “des tests cliniques de grande ampleur ne permettront pas d’identifier de rares événements qui peuvent se produire quand des vaccins pandémiques sont administrés à des millions de personnes. »

Lire la suite : Vaccin contre la grippe A : une seule dose suffit…

50% des médecins contre le vaccin anti grippe A

Le vaccin n’est pas encore disponible en pharmacie qu’on en fait déjà son procès.

65% des Français ne comptent pas se faire vacciner contre la grippe A, la plupart par crainte des effets secondaires. Et un paramètre important qui ne risque pas de les rassurer, les médecins eux-mêmes sont réticents à se faire vacciner. Impensable pour le gouvernement français. Une autre raison vient également du fait que la grippe H1N1 est surtout présente dans les médias, mais pas forcément encore chez soi. Cependant, d’après François Fillon : “La progression de la pandémie est très très rapide, donc beaucoup de ceux qui ne se sentent pas concernés par la vaccination vont, au contact de la montée de la pandémie, sans doute changer d’avis”. Le gouvernement a commandé 94 millions de doses auprès de quatre groupes pharmaceutiques. Ces groupes : Sanofi, Novartis, GlaxoSmithKline et Baxter. Il avait été annoncé, courant septembre, que deux à trois millions de doses seraient disponibles dès le 15 octobre or, le groupe Sanofi a déjà repoussé la date de livraison des vaccins à la fin du mois de novembre. GlaxoSmithKline devrait cependant pouvoir en livrer 1 à 1,2 million aux alentours du 9 novembre.

Lire la suite : 50% des médecins contre le vaccin anti grippe A…

Vaccin contre la grippe A ? oui mon adjuvant !

Bientôt sur le marché, le vaccin contre la grippe A font débat.

Son efficacité n’est pas remise en question, en revanche, beaucoup craignent des effets secondaires, d’où une certaine réticence à se faire vacciner. 65% des Français ne comptent pas se faire vacciner contre la grippe H1N1. L’ironie du sort, c’est que finalement, les gens craignent davantage les possibles effets secondaires du vaccin que la grippe elle-même… En effet, 52% considèrent que le vaccin contre la grippe A comporte un risque important. Roselyne Bachelot a tenté d’expliquer que les vaccins contenant un adjuvant ne comportaient pas de risque, mais les doutes persistent, y compris dans le milieu médical. Un adjuvant est une substance qui stimule la réaction immunitaire et favorise la fabrication d’anticorps. L’immunité serait, a priori, meilleure avec un adjuvant. Cependant, pour éviter tout risque, certains comme les femmes enceintes ou les personnes immuno-déprimées se verront proposer d’autres vaccins.

Lire la suite : Vaccin contre la grippe A ? oui mon adjuvant !…

agence web Fbtech
Vente en ligne de produits en hygiènes médicale hygienes.com